fbpx

Si vous aussi vous avez déjà eu l’une de ces réflexions, cet article est pour VOUS. Le tout est de s’en rendre compte et de passer quand-même à l’action. Vous n’êtes pas les seuls à penser ainsi !

10 Idées reçues totalement fausses sur l'immobilier

1. L’immobilier est un frein pour sa mobilité professionnelle

Beaucoup croient qu’investir dans l’immobilier ne leur permettra plus jamais de déménager. C’est faux.

Effectivement, il est toujours préférable d’investir proche de votre lieu de résidence car vous connaissez le marché, vous êtes sur place en cas d’incident ou de remise en location.

Mais tout ça peut à terme être géré soit par des amis soit par des agences de confiance. Mauvaise excuse

2. Les amis, la famille vous déconseillent d’investir car ils ne l’ont jamais fait

Regardez la situation financière de ces mêmes personnes qui vous déconseillent d’investir. Où en sont-elles actuellement ?

Souhaitez-vous être au même point aujourd’hui et dans 10 ans ? Ou souhaitez-vous vous couper de ce schéma et changer votre situation ? Pensez-toujours à cette question « qui dois-je écouter ? » la réponse est « une personne qui a, est et fait ce que je souhaite ET qui est passé par le même chemin que moi ».

3. Le manque de connaissance sur le sujet

Je ne sais pas ce que je ne sais pas ! C’est le plus grand vide et peur mentale quand on se rend compte de notre ignorance sur une matière.

Et je vous dis oui à ce point-là : éduquez-vous avant de vous lancer dans l’investissement immobilier !

Chaque connaissance peut vous faire gagner des milliers d’euros, chaque lacune peut vous en faire perdre des milliers. C’est là où on partagera la population en deux, ceux qui n’auront fait qu’un seul investissement à perte et ceux qui accumuleront avec plaisir.

Vous devriez vous instruire sur le types de biens existants et réfléchir à votre stratégie, rencontrer des experts-comptables, banquiers, notaires pour apprendre à parler leur langage, lire des livres, écouter des audio sur YouTube.

Il y a tellement d’information en ligne que vous avez en votre possession gratuitement tous les éléments pour investir.

4. Ce n’est accessible qu’aux riches

Non, vous n’avez pas besoin d’un montant sur votre compte en banque pour investir dans votre premier bien.

Oui l’argent permet d’aller plus vite, mais ce n’est pas un argument pour vous stopper là. On entend plein de success story, et c’est vrai. La banque a besoin d’une seule garantie : savez-vous correctement gérer vos entrées/sorties d’argent ?

Montrez pate blanche sur les 12 derniers mois en montrant que vous savez gérer en bon père de famille – càd, pas de crédit à la consommation, tous les mois il y a plus d’argent qui entre qui ne sort.

Vous rassurerez le banquier en face de vous. On ne parle pas ici d’avoir un capital de départ. Le capital de départ dépendra du montant de votre projet.

5. Aller voir son banquier avant de commencer les visites

NON. Votre banquier ne sait strictement pas le montant potentiel de votre investissement.

Car tout dépend des loyers qui entreront tous les mois ! Alors certes il y aura des fourchettes en fonction de votre salaire de base, mais généralement les banquiers vous feront une simulation avec un estimatif pour l’achat d’une résidence principale. Le calcul est donc totalement biaisé.

Personnellement, j’ai pu acheter un investissement plus du double du montant qu’il m’avait annoncé pour une RP (résidence principale) !

Attention également aux conseils d’un banquier qui n’est pas lui-même investisseur, il a ses limites et vous devez être plus qualifié que lui en la matière.

6. Se préoccuper de la conjoncture sociale et économique

Ce sont des excuses ! Uniquement de excuses ! Des mauvaises ! Ca ne sera jamais le bon moment si vous commencez à dire cela, il y aura toujours un évènement, vous attendrez la bonne loi pour défiscaliser, le prix de l’immobilier trop haut, les taux peut être bientôt en baisse, etc.

Prenez en main votre timing. Vivez dans le présent. Foncez. Vous pourrez toujours influencer positivement les paramètres conjoncturels.

7. Le manque de temps

Avant l’investissement : Oui, c’est effectivement prenant de faire des visites, d’aller voir des banquiers. Mais je suis sûre que vous pouvez toujours prendre du temps.

Certaines banques sont ouvertes le samedi après-midi, vous pouvez planifier des rdv sur le temps de votre pause du midi, etc. Après l’investissement : Vous pensez que les locataires vous prendront tout votre temps précieux et vous dérangeront nuit et jour.

C’est FAUX. Même avec plusieurs dizaines de locataires, je ne suis pas tous les jours dérangés.

Les sollicitations ne sont pas fréquentes. J’opterais pour une moyenne de 1X tous les 6 mois par locataire environ. Et là encore, si vous ne souhaitez pas être dérangé, vous faites appel à une société de gestion locative.

8. Mauvais payeurs

Vous devez choisir vos locataires et ne pas faire confiance en quelqu’un d’autre pour vous les sélectionner. Demander la liste de documents pour pouvoir compléter leur dossier.

Faites passer de nombreuses visites pour avoir le luxe de choisir entre plusieurs postulants. Ne vous précipitez pas sur le premier venu. Et avec ces attentions, qui sont basiques, vous n’aurez jamais de mauvais payeurs.

Un conseil supplémentaire, les relations de l’ancien propriétaire avec ses locataires seront un excellent indicateur des locataires que vous hériterez.

9. Peur de mettre votre résidence principale en hypothèque

C’est vous qui décidez des conditions lors de la demande de crédit.

Ce n’est en aucun cas votre banquier qui doit imposer ce type de condition. Et s’il vous l’impose, vous allez voir une deuxième, troisième, dixième banque.

Autre possibilité, meilleure pour créer un patrimoine : investir en société à responsabilité limitée. Protégez toujours vos biens privés.

10 Idées reçues totalement fausses sur l'immobilier

10. Payer trop d’impôt

Si vous payez plus d’impôts, c’est-à-dire que vous gagnez plus. Vous êtes sur la bonne voie. Maintenant, passez à l’étape suivante qui est de vous instruire pour savoir comment réduire légalement votre base imposable.

Et vous l’aurez deviné, c’est totalement possible ! L’immobilier est un des piliers sur lesquels vous pourrez relativement facilement réduire chaque année votre imposition. Donc n’ayez pas peur des impôts, ayez peur de votre ignorance à ce sujet.

Bonus : Les travaux

Investissez dans un bien qui n’a pas besoin de travaux. Peut être que la rentabilité sera un peu moins bonne (mais pas forcément) que dans un bien où il y a du rafraichissement ou des travaux de rénovation.

Mais cela n’est pas nécessaire de devoir faire des travaux. En tout cas sur les premières années de l’achat. Sélectionnez des biens dont les appartements/garages/bureaux sont déjà loués, dans un bon état ; où le ravalement et la toiture ont été entretenus et refait il y a moins de 10ans ; où les châssis sons aussi dans un bon état.

Et vous n’aurez absolument pas besoin de vous soucier de travaux. Il faudra juste vous entourer de bons corps de métiers pour de menues réparations, chauffage, électricité, plomberie.

Bon courage dans ce processus de décision, de mise à l’action ! On croit en vous ! Et sachez que nous pouvons être là pour vous accompagner étape par étape. Toutes les informations sur les séminaires, conférences sont disponibles sur notre site web.

Si vous voulez en savoir d’avantage sur les raisons pour lesquelles l’investissement immobilier est le meilleur investissement pour quitter la rat race, téléchargez notre pdf ci-dessous.